Accueil > Ressources > Publications > Politique et art en espace public dans le monde arabe


 


16/07/2012

Politique et art en espace public dans le monde arabe

Claudine Dussollier/ revue ZATn°4

Le Collectif d’artistes tunisiens qui a créé en 2007 un Festival de création dans l’espace urbain de la médina de Tunis, « Dream City », l’initiative des chorégraphes Sofiane et Selma Ouissi, publie depuis la deuxième édition en 2010, une revue appelée ZAT.
Celle-ci est un espace de réflexion sur l’action de l’art dans la société contemporaine. Le numéro 4, trilingue, traite de la question de l’art dans l’espace public dans le monde arabe.

Claudine Dussollier y signe un article intitulé : La rue, espace public/ espace politique dans le monde arabe : du Maroc au Moyen Orient

"31 décembre 2010, un attentat devant une église d’Alexandrie fait plusieurs morts et blessés et déclenche une émotion importante dans la société égyptienne : réaction de malaise, rejet d’un acte de plus jetant la zizanie entre les Coptes et les Musulmans de ce pays. Des artistes et responsables culturels du Caire et d’Alexandrie ripostent en décidant de publier ensemble une affiche avec les premiers autoportraits du photographe Nabil Boutros - figures de pope ou d’imam, de rond de cuir ou de paysan, de jeune branché ou de dévot....- exposés à ce moment-là à Darb 17/18, et de l’intituler « Tous Egyptiens » !
Ce poster, largement diffusé dans les lieux et les rues du Caire en janvier 2011, est devenu quelques jours plus tard, une des images brandies place Tahrir pendant la révolution. Depuis, cette œuvre est devenue le symbole d’un des propos politiques majeurs dans la révolution.

L’espace public, une interface ?

Quand la rue fabrique du sens commun, l’espace public devient politique ; quand une œuvre rencontre un moment crucial de la conscience collective, elle en devient la messagère, l’image se fait symbole. Comment parler de l’espace public dans les pays du monde arabe en général, alors qu’ils sont si divers et étendus géographiquement ? Alors que depuis une année, il est devenu « le théâtre » de démonstrations pacifiques et d’affrontements, de résistance et de barbarie, de creuset de citoyenneté et de fraternité, de lieu de sacrifice et la chambre d’écho de toutes les espérances ? Comment penser l’espace public alors qu’il est en interface permanente avec les médias qui le magnifient et les réseaux sociaux qui en coordonnent le mouvement ? Force est de constater que la rue joue en ce moment un rôle de levier dans la mutation en cours des sociétés des pays arabes.
Au delà de l’émotion et des évènements actuels, trois aspects caractérisent les rapports entre art et politique dans l’espace public et permettent d’analyser les situations des différents pays du monde. Je pense à la relation spécifique dans chaque société entre l’espace public et l’espace privé ; à la dynamique des relations entre le réel et le virtuel, entre les réseaux internet et sociaux et la rue ; et enfin la place des artistes et de l’art dans la vie politique et sociale de chaque pays.
Poster de Nabil Boutros affiché sur un kiosque dans une rue du centre ville du Caire:Janvier 2011©dussollier

Entre tradition et modernité

Comment l’art est-il présent et vivant dans l’espace public des pays du monde arabe ? Un des points communs de cette région est d’avoir connu l’influence culturelle durable de l’empire ottoman. Traditionnellement, depuis des siècles, saltimbanques, musiciens, conteurs, marionnettistes, danseurs ou chanteurs,… ont enrichi la vie des cours et des harems, comme celle des rues et des cafés. A noter toutefois, le distinguo à considérer lorsque l’on parle d’art, entre la culture savante et la culture populaire, les métiers nobles qui s’y rattachent et ceux qui sont considérés comme des pauvres hères. Comme le racontent encore les vieux conteurs de la place Jemaa el Fna à Marrakech, quand leur vocation les ont saisis, les conduisant irrésistiblement vers la « halqua », leurs pères les ont rejetés tant cet emploi était discrédité socialement. On retrouve ainsi une des figures de l’artiste, maudit et marginal, et pourtant nécessaire à la vie sociale.
Au demeurant, ces manifestations festives, religieuses et populaires dans l’espace public comme le sont en Egypte les Mouleds masquent l’inexorable disparition depuis des décennies de la plupart des artistes traditionnels, au point que la question se pose actuellement d’Istanbul à Casablanca, du Caire à Tunis, davantage en termes de préservation du patrimoine mondial et de muséographie que de réalité du spectacle vivant.
Mais plusieurs initiatives à l’œuvre démontrent, dans les pays arabes comme ailleurs, le souhait des artistes contemporains de renouer avec les traditions pour en revivifier les pratiques et transformer les formes.

Le festival Awaln’Art à Marrakech, sous l’égide de Khalil Tamer, réinvestit l’espace emblématique, la place el Jemaa El Fna, lieu du brassage entre les populations du nord et du sud, entre voyageurs, saltimbanques et commerçants, lieu unique reconnu « patrimoine oral et immatériel de l’humanité » par l’Unesco en 2011. En conviant depuis plusieurs années des circassiens marocains, africains et européens à se rencontrer, avec des compagnies de danse contemporaine qui créent dans l’espace public comme El Nihilo ou le collectif Random, Awaln’Art jette les bases d’un renouveau artistique au vue de tous, un travail au long cours qui s’inspire de l’idée de réaliser une jonction entre le passé de la tradition et le présent des artistes, entre les vecteurs de communication sociale et culturelle arabo-berbères et la connexion au monde.

El Warsha au Caire réunit depuis 20 ans, comédiens, musiciens, danseurs de bâton, chanteurs, conteurs… Dirigée par Hassan El Gueretly, la compagnie est partie aux sources de la tradition, notamment avec la Geste hilâlienne, tout en concevant un théâtre nomade, joué à travers le pays à la rencontre de la population, grâce à des scénographies mobiles . Plus récemment, El Warsha a investi les thématiques de la vie quotidienne, avec « le Caire sur la main » ou bien les « nuits d’El Warsha », mettant en scène la rue du Caire avec toute la gamme des personnages qui rendent si vivant l’espace public. Ainsi, à travers son processus d’écriture et de création, la compagnie fait le chemin entre la tradition et la modernité, la scène et la rue, le réel et le fictif, le public et le privé.

Espace social et politique en r@évolution

Depuis une dizaine d’année, plusieurs structures culturelles indépendantes ont émergé dans le monde arabe, à l’initiative d’artistes, à la faveur de la transformation de friches, comme Santral Istanbul ou les abattoirs de Casablanca. Des lieux d’art contemporain s’affirment, des manifestations comme « Meeting point » les révèlent au public. Mais il est encore difficile de parler de réelle connaissance et reconnaissance par la population. Il faudrait du temps et des politiques culturelles plus effectives pour rendre ces initiatives moins confidentielles. C’est une des raisons pour lesquelles l’espace public est un enjeu réel pour toucher les gens et faire écho à la situation de leur société. Mais pour cela, l’espace public doit être admis comme un espace réel d’expression. Encore une fois, les contextes sont différents et le degré d’initiative plus ou moins ligoté par les régimes politiques en place ou bien en rapport avec les situations politiques spécifiques.

À Beyrouth, par exemple, dès que la tension renait à la faveur des interventions militaires, ce sont les chars et le couvre feu qui règlent la vie urbaine et la sécurité. Dans ces conditions, les marges de manœuvre pour organiser un festival d’art de la rue comme le fait ZICO depuis plusieurs années sont limitées à certains lieux circonscrits de la ville, un square, le parvis d’un théâtre, et les horaires des spectacles sont diurnes. Au Liban, le développement d’une programmation de théâtre de rue, peut être lu comme le signe extérieur d’une détente politique, d’une reconquête de l’espace commun. Les artistes sont perçus alors comme ceux dont l’existence et la manifestation signifient une forme de « normalité » de « retour à la paix ».

En Egypte, dans le contexte révolutionnaire, les artistes sont actifs au milieu des autres, chantant et dansant place Tahrir pendant les semaines de son occupation, puis participant à l’instauration d’une journée artistique mensuelle nationale dans l’espace public.

A Tunis, l’émergence du geste artistique dans la Medina avec Dream City depuis 2007, l’explosion de l’expression libre de la population, à travers photographies, textes, graffitis, arts plastiques, théâtre, depuis la révolution, … témoignent d’un investissement de l’espace public à la mesure de l’ouverture de l’espace démocratique en cours. Là encore tout va se négocier entre libertés publiques et espace social. Il est devenu « le théâtre » des nouvelles relations, entre liberté et censure, affrontements et débats.

L’acte d’immolation d’un simple citoyen, Mohamed Bouazizi, filmé et diffusé via face book, a été un acte politique et symbolique d’une force extrême, à même de mobiliser toute une société et d’ébranler le pouvoir. Dire qu’un acte artistique est ou devrait être aussi fort et engagé est sans doute une fausse route, une discussion oiseuse. En revanche le travail des artistes dans leur société, leur capacité à s’engager avec la population dans les projets créés ensemble, le travail sur la durée, la réflexion collective et le débat public, constitue un levier essentiel à la fabrication de la société nouvelle, à l’œuvre actuellement, à Tunis comme à Alexandrie, au Caire comme à Beyrouth.

Les artistes, jouant et déjouant censure et autocensure, participent activement à la prise de conscience collective de la société elle-même en cours de mutation. C’est cette société qui se saisit des images et des œuvres qu’elle adopte au gré de ses découvertes comme des ses régressions, de ses peurs et de ses espérances. Les jeux sont ouverts dans tout le monde arabe, avec de belles perspectives et beaucoup de travail."

Claudine Dussollier/Décembre 2011

Toutes les versions de cet article : [عربي] [English] [français]


RELATED

Claudine DUSSOLLIER
Aadel Essaadani
Alexandria FutureScape
Moufida FEDHILA